FR | EN

LE CONCEPT FUTUROTEXTILES

Projet pionnier initié en 2006, l’exposition Futurotextiles associe sciences, technologies, design, mode et art autour des textiles innovants et de leurs différents secteurs d’application.

Après Futurotextiles 2006 et Futurotextiles 2008, pourquoi récidiver avec cette troisième édition ?

 

Parce que le textile, ou plutôt les textiles sont en constante évolution. Il y a toujours du nouveau à découvrir et à montrer, c’est passionnant !… Et ce dans tous les secteurs puisque tous sont concernés…L’habillement, le sport, l’architecture, le design, les transports, la santé… Si les deux premières éditions ont connu un aussi grand succès, c’est parce que nous y rassemblions des domaines qui ne se ressemblent pas. Et cette fois-ci encore : haute technologie, haute couture, sport
de haut niveau, art contemporain, design…. Tous ont pourtant le textile en partage. Cet aspect résolument pluri-disciplinaire de Futurotextiles est essentiel : le sérieux y voisine avec le ludique, la science y côtoie l’art.

Le choix de Lille et de sa région historiquement marquée par l’industrie textile n’est pas un hasard….

 

Tout le monde le sait, les crises successives ont durement et longtemps touché le secteur textile. Ce que l’on connaît moins en revanche, c’est justement cette fibre créatrice et technologique synonyme de reconversion et de potentiel. Alors oui, que ce souffle d’optimisme, cette envie d’associer le textile à un avenir prometteur se tienne dans cette région particulière constitue un symbole très positif. D’ailleurs, l’idée de Futurotextiles a suscité l’enthousiasme des collectivités territoriales comme le Conseil régional et Lille Métropole, ainsi que celui des professionnels du secteur.

 

Un exemple de potentiel, justement?

 

Comme je l’ai dit, le textile est partout en pleine évolution ! Mais prenons un domaine emblématique, le médical : Nous présentons le t-shirt Psyché (conçu par le CSEM). Il est équipé de capteurs discrets enregistrant le rythme cardiaque et respiratoire de l’individu qui le porte, ainsi que ses mouvements. Ces informations sont automatiquement transmises à un central via un système IP/ GPRS, ce qui permet d’adapter le traitement au plus précis et au plus rapide.

 

Et un exemple artistique?

 

J’aime toujours évoquer l’oeuvre de Daniel Buren conçue spécialement et exposée lors de la première édition de Futurotextiles. Il s’agissait d’une toile rayée, caractéristique du travail de l’artiste, mais en fibre optique tissée. Les rayures pouvaient s’allumer ou s’éteindre grâce à un programmateur intégré. Ce travail extraordinaire était le fruit d’un dialogue entre art et technologie, technologie développée par l’entreprise lyonnaise Brochier.

 

Futurotextiles a-t-il un rôle de passeur ?

 

Il n’était ni prévu ni prémédité, mais c’est vrai. L’éclatement des frontières entre secteurs est capital : Un ingénieur travaillant
dans les géotextiles, par exemple, n’est pas forcément au courant des dernières innovations dans le domaine du textile médical. Et inversement. Or l’échange et le transfert d’informations font souvent avancer les choses. La mutualisation des énergies favorise de nouvelles recherches, de nouvelles possibilités. J’ajoute qu’en mettant l’accent sur ce décloisonnement, Futurotextiles contribue aussi à la remobilisation d’étudiants textiles.

 

Raquette de tennis, casque de moto, portière de voiture… font eux aussi partie de Futurotextiles !?

 

Oui, tous sont en composite, secteur en pleine croissance, mal connu du grand public.
Il s’agit d’une association de résine et d’armure textile. De nos jours, le composite est partout : dans nos téléphones, dans les
sols d’avion…. Sa durabilité, sa résistance, sa maniabilité sont des atouts formidables. On y retrouve des fibres de verre, des fibres de carbone, des fibres végétales également, comme celle de lin, en plein renouveau et particulièrement bien adaptée.

 

S’il ne fallait retenir qu’un « fil conducteur» en matière d’innovations?

 

L’innovation est souvent liée à l’actualité et à ses besoins. La question environnementale étant aujourd’hui primordiale, on observe donc l’émergence de nombreux textiles mettant l’accent sur des propriétés écologiques et
énergétiques. Cela dit, d’une manière générale, l’ultra léger, « l’ultra light » est particulièrement présent dans la sélection de ce nouveau Futurotextiles: travail sur l’air, tissus évanescents, matériaux poids plume… La légèreté est au goût du jour et du confort. Elle bouleverse le monde du textile.

 

Mais c’est quoi le monde du textile, et d’une façon plus générale c’est quoi le textile?

 

Le monde du textile est d’une incroyable diversité: de la fibre au tissage et à la maille en passant par les composites et les non-tissés. Les origines des fibres sont parfois étranges. Le café, un caillou de basalte, la glycine, donnent naissance à une fibre, à un fil, à un tissu. Les nouvelles fibres semblent venues tout droit de la science-fiction. Interactives, intelligentes, elles subissent des techniques diverses d’enduction, d’apprêt, de microencapsulation… Cosmétiques ou thérapeutiques, les textiles ‘bio-sensoriels’ modifient les conditions physiques en fonction des conditions environnementales et deviennent antibactériens, thermorégulateurs, hydrophiles, thérapeutiques…

 

Caroline David
Commissaire
Propos recueillis en juillet 2012